Sous le soleil et avec le masque

Ce premier week-end de mai a été particulièrement ensoleillé et doux, presque estival, à New York, après une semaine plutôt fraîche et humide. Couplé avec un confinement en place depuis plus d’un mois, l’occasion était trop tentante pour nombre d’habitants du quartier. Les t-shirts, shorts, débardeurs et robes d’été ont proliféré, mais quasiment toujours avec le masque sur le visage, ce qui donne un curieux mélange de détente, de séduction et de crise médicale. La palme de l’élégance du moment revient à une jeune femme aperçue depuis nos fenêtres qui avait réussi à assortir sa robe d’été cerise avec un masque facial rouge et des gants d’une couleur similaire.

Le parc Socrate et le parc d’Astoria, tous deux pourvus de pelouses et situés au bord de l’East River, étaient noirs de monde, avec force bronzette, jeux en plein air et rencontres canines, au prix d’une distanciation sociale toute relative. Des vendeurs de glace avaient flairé l’aubaine et avaient stationné leurs véhicules juste devant les parcs. La ritournelle entêtante émise régulièrement par leurs camions – et qui a le don de m’insupporter dès la première note – appâtaient de loin le chaland. Le long de la rivière, sur la promenade face au parc d’Astoria, des badauds bavardaient avec le masque à portée de main, dévoraient leurs cornets ou prenaient en photo la vue sur Manhattan encadrée par le Triboro Bridge. On aurait dit qu’eux aussi se rappelaient soudainement qu’ils habitaient dans une ville plus grande que les quelques pâtés de maisons autour de leur résidence, et redécouvraient la présence imposante des tours de Manhattan de l’autre côté du bras d’eau.

Sur la 30e avenue, une des principales artères commerçantes du quartier, quelques bars se débrouillaient pour servir des boissons à emporter. Plusieurs clients avaient répondu présents et sirotaient leurs bières dans des gobelets jetables, debout le long du trottoir, à proximité de la devanture des bars et à distance les uns des autres. Chacun cherchait un compromis entre relaxation et contraintes, et cela valait bien la peine de passer pour une fois outre à l’interdiction de consommer une boisson alcoolisée dans les espaces publics.

Bien entendu, si nous avons été témoins de ces menus faits et gestes, c’est parce que nous-mêmes avons cédé à la tentation de cet avant-goût d’été où la dernière mode est de sortir masqué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s