Washington DC

Le Capitole, vu depuis la pelouse du Mall, à droite le Smithsonian Castle
1600 Pennsylvania Avenue. Non, on ne pouvait pas s’approcher plus près (le gars du Secret Service avec une mitraillette en bandoulière posté 20m sur la droite n’avait pas l’air joueur)
Washington Monument

Nous avons passé un week-end prolongé à Washington DC il y a deux semaines. Arrivant de New York, le contraste entre les deux villes est saisissant. Dans la capitale, pas le moindre gratte-ciel ce qui donne une impression d’espace. Tout y est propre, net, presque tout donne une impression de neuf, comme si la ville était sortie de terre la veille. Le centre-ville est TRES calme, même un lundi, avec peu de passants et peu de voitures, à part quelques grands axes où la circulation est plus importante. L’ensemble laisse l’impression d’un endroit assez froid. On sent la ville où l’on n’habite pas et où la plupart de ceux qui y travaillent se réfugient dans leurs maisons de Virginie ou du Maryland dès que les heures de bureaux sont terminées. En revanche, les sans-abris abondent, vivant dans des tentes à l’ombre des arbres dans les squares et sur les esplanades.

Le District de Columbia, qui se confond avec la ville, consiste en une carré d’exactement 10 miles (16km) de côté, posé de biais et dont le flanc sud-ouest est tronqué par le cours de la rivière Potomac qui sépare la ville de la Virginie. L’État du Maryland borde les trois autres côtés de la ville. La fondation de la ville fut approuvée en 1790 par le tout jeune Congrès américain. L’enjeu était de trouver un terrain neutre acceptable tant pour les États du nord que du sud. New York fuit ainsi jugée trop « nordiste » (en terme de valeurs et de mentalité, au moins autant que sur le strict plan géographique) pour les États du sud. Finalement, le choix se porta sur l’endroit où la rivière Anacostia se jette dans le Potomac, à la jonction entre le plus au sud des États yankees, le Maryland, et le plus au nord des États sudistes, la Virginie. Ces deux États donnèrent des terres et la construction de la nouvelle capitale démarra en 1791 suivant les plans dessinés par Pierre Charles L’Enfant, ingénieur militaire et aristocrate français qui rejoignit les rangs américains lors de la Guerre d’Indépendance. Une loi de 1801 organisa administrativement le district et le plaça sous l’autorité directe du gouvernement fédéral (cette seule pensée doit probablement être le pire cauchemar de tous les rednecks du Midwest). Les habitants de la ville devinrent alors officiellement des citoyens du District of Columbia, et non plus de la Virginie et du Maryland. En conséquence, ils perdirent aussitôt toute représentation au Congrès américain. En effet, aussi paradoxal que ça puisse paraître pour un territoire qui abrite précisément le parlement des États-Unis, le District of Columbia n’est pas un État, et n’envoie donc ni représentant ni sénateur au Congrès. Encore aujourd’hui, l’absurdité de cette situation doit continuer de rendre les habitants de la ville amers, car là où les plaques d’immatriculation des différents États rappellent fièrement leurs spécificités – du « Sunshine State » de Floride au « Constitution State » du Connecticut en passant par le « Lincoln State » de l’Illinois, entre autres – celles du District of Columbia rappellent de manière beaucoup plus terre-à-terre qu’on n’en a pas oublié les habitants pour les taxes mais que ceux-ci n’ont aucune influence pour autant sur le plan national: « End taxation without representation ».

La ville consiste en un damier composé d’avenues orientées est-ouest et nommées par des lettres pour la plupart, et des rues orientées nord-sud et numérotées. Ce plan est ensuite complexifié par l’ajout d’avenues en diagonales appelées d’après les États américains. Le croisement de ces avenues en étoiles forme un endroit idéal pour y positionner un bâtiment important ou un espace ouvert. La Maison Blanche, dont l’adresse officielle est 1600 Pennsylvania Avenue, se trouve ainsi au croisement entre cette avenue et New York Avenue. Une vaste tranchée de verdure, le Mall, suit également un tracé est-ouest et mène du Potomac à la colline du Congrès.

Architecturalement parlant, la plupart des bâtiments publics ont visiblement été construits lorsque le style néo-classique était en vogue. Partout autour du Mall, les murs de marbres, frontons et colonnades grecs dominent le paysage. Les bâtiments imposants, monumentaux et austères sont la norme, aidés en cela par le plan de la ville. L’Enfant, véritable précurseur du Baron Haussmann par le lacis de larges avenues et d’espaces ouverts qu’il dessina fit en effet en sorte de tracer des perspectives dans toutes les directions qui relient les principaux bâtiments, renforçant la majesté des édifices placés pile dans les axes et qui se voient donc de loin et attirent le regard.

De part et d’autre du Mall une série de musées emblématique s’alignent et se font face, et offrent pour le coup une large variété de styles architecturaux, du néo-classique au moderne anguleux en passant par l’organique tout en courbes. Ils font tous partie de la Smithsonian Institution, ce qui a l’avantage de leur assurer un accès gratuit permanent. Derrière les musées, une deuxième série de bâtiments – encore plus imposants, monumentaux et austères que les premiers – abrite tout ce qui touche de près ou de loin à l’administration fédérale : ministères, archives et autres administrations. Ainsi, le siège du FBI sur Pennsylvania Avenue fait face au Ministère de la Justice, lui même situé entre les Archives Nationales et le siège de l’IRS (Internal Revenue Service, autrement dit le fisc), et ainsi de suite. Le Mall abrite également une vaste panoplie de monuments et mémoriaux, certains consacrés à des présidents et figures emblématiques (Martin Luther King, Washington, Lincoln, Jefferson), les autres dédiés aux vétérans des guerres : Première et Deuxième Guerres mondiales, Corée, Vietnam.

Nous sommes allés à Washington en train Amtrak, en partant de la toute nouvelle gare de Penn Station. Compter environ 4h de trajet (un peu plus rapide avec l’Acela mais sensiblement plus cher). Un peu avant d’arriver à destination, les voies enjambent plusieurs bras de l’immense baie de Chesapeake, offrant de brefs aperçus de maisons avec pontons alignées sur les rives, et de petits bateaux qui naviguent indolents. Washington est peut-être la seule ville des USA où la gare est autant immanquable, à un jet de pierre du Congrès. Pas de portique grec ici, mais un large fronton blanc austère et monumental. Ah, et puis imposant aussi.

Entrée du National Portrait Gallery / Smithsonian American Art Museum
Le Capitole
Chinatown
Le Capitole, vu depuis Pennsylvania Avenue
Reflection Pool, Washington Monument et le Capitole, vus depuis l’esplanade devant le Lincoln Memorial. A gauche, le dôme du National Museum of Natural History
Lincoln Memorial
Le siège du FBI, sur Pennsylvania Avenue
Le Jefferson Memorial au bord du Tidal Basin

2 commentaires sur “Washington DC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s