Confinés

Depuis les premiers temps du confinement, les choses ont beaucoup changé et, en même temps, n’ont pas vraiment changé. Le lockdown (confinement) est en place depuis environ 3 semaines dans l’État de New York et, à des degrés divers, des mesures similaires ont été prises dans la plupart des autres États du territoire américain. Les rues se sont graduellement vidées de leurs passants et de la circulation automobile, tandis que des photos d’endroits habituellement bondés et aujourd’hui désertés dans la ville, comme le métro, Brooklyn Bridge ou Times Square, circulent sur Internet. J’ai lu récemment, qu’au grand dam de la police, quelques conducteurs en profitaient pour rouler à plein gaz dans ces longues artères où ils se sentent seuls au monde, et quelques accidents suite à des perte de contrôle ont déjà été répertoriés. Si l’on aperçoit encore une poignée de joggers visage nu, les rares badauds arborent généralement un masque et des gants et vaquent à leurs affaires, tantôt ployant sous un ballot de linge sale sur le chemin de la laverie, tantôt les bras chargés des courses de la semaine.

Le nombre de personnes qui se sont inscrits comme chômeurs a explosé et a augmenté de plus de 16 millions en l’espace de 3 semaines, contre 300 000 avant la crise, d’après le chiffre communiqué par le US Department of Labor, au fur et à mesure que la vague de licenciements s’étend d’État en État. Du jamais vu depuis la crise de 1929 dans le pays du quasi plein emploi. Les projections tablent sur à terme 35 millions de chômeurs liés au coronavirus. Sachant que comme ici ce sont les employeurs qui fournissent la couverture santé, perdre son emploi signifie également voir une augmentation de ses coûts de santé, en plus de la perte de revenu. Double peine. Nombre de boutiques ont baissé leurs rideaux dans le quartier jusqu’à nouvel ordre, comme partout ailleurs dans la ville, et nul ne sait combien rouvriront lorsque l’économie repartira. Beaucoup de ces commerces sont des petits magasins, des salons de coiffure, de manucure ou de tatouage, des restaurants familiaux, des bars de quartier. Même après s’être séparés de leur personnel, plus d’un probablement n’est plus ou ne sera plus en mesure de payer son bail ni n’aura les liquidités pour rouvrir. Les banques alimentaires sont débordées, de même que les hôpitaux, où il y a peu encore le personnel manifestait devant les établissements pour protester contre le manque de protections individuelles et la dangerosité induite tant pour eux que pour les patients. Avec son sens habituel de la mesure, le Président Trump qui qualifiait jusque là l’épisode de flu (grippe) l’appelle maintenant the plague (le fléau, la peste).

Sinon, chaque jour se ressemble, nous ne sortons qu’une à deux fois par semaine pour faire les courses. Lesquelles se sont d’ailleurs sensiblement renchéries, à raison d’un à deux dollars de plus par produit en moyenne. Des fournisseurs sont aux abonnés absents ce qui restreint le choix de certains produits, les supermarchés ont arrêté quasiment toutes leurs promos habituelles et rattrapent sans doute de cette manière en partie leur manque à gagner lié à la baisse de la fréquentation.

Il nous semble que nous n’avons pas vu le métro ou Manhattan – ou, en fait, n’importe quel endroit en dehors de notre zone de ravitaillement – depuis tellement longtemps qu’ils pourraient s’apparenter à des utopies, si de temps à autre le chemin vers un de nos supermarchés ne nous donnait l’occasion d’apercevoir les tours de Midtown, à la fois si proches et si inaccessibles. Mais nous ne nous plaignons pas, notre appartement est suffisamment grand pour pouvoir nous isoler et ne pas nous marcher dessus continuellement, et nous n’avons perdu ni revenu ni couverture santé. Les associations et autres réseaux nous donnent l’occasion régulièrement de nous livrer à un succédané de vie sociale, avec cafés, apéros et autres papotages en ligne.

2 commentaires sur “Confinés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s