Brooklyn Museum

Brooklyn Museum jouxte le Brooklyn Botanical Garden. Ce bâtiment massif sur Eastern Parkway abrite une collection éclectique mais centrée essentiellement sur l’art nord-américain et son rapport à l’Histoire du pays, depuis un hommage au peuple Lenape (Delaware) qui occupait la région avant l’arrivée des colons européens, jusqu’à des œuvres d’art contemporain américain, en passant par des tableaux du XIXème siècle, au temps de la conquête de l’ouest. Le musée fait d’ailleurs un effort louable de prise de recul par rapport à cette Histoire et remet les œuvres dans leur contexte, en montrant notamment comment beaucoup d’artistes du XIXème siècle diffusaient une vision angélique et naïve des territoires du grand ouest, entre nature spectaculaire et prête à être donnée vierge aux colons, et mythe du bon sauvage qui faisait partie intégrante du paysage mais sans vraiment représenter une réelle occupation humaine. Outre des tableaux, le musée présente également des meubles d’époque – de splendides pièces d’ébénisterie que seuls pouvaient s’offrir ceux qui s’enrichissaient par la fièvre industrielle – des statues et autres objets, dont un salon Art Déco. Une pièce – dont on ne sait si elle est plus réserve que salle d’exposition ou l’inverse – accumule ainsi sur des étagères derrière des parois vitrées une foultitude d’objets : lampes, fauteuils avec tapisserie d’origine, statues en bronze, vieux vélo, poteries, boîtes, etc. Le musée réserve également une vraie place à l’art des native Americans, ce qui est malheureusement suffisamment rare pour être noté, à l’exception du musée du Smithsonian Institute qui leur est dédié près de Battery Park et qui est actuellement fermé en raison de l’épidémie. Des pièces issues de cultures autochtones de Mésoamérique sont également présentées.

Plus surprenamment, au 2e étage, le musée présente une collection sensiblement plus petite mais couvrant un périmètre géographique et historique beaucoup plus vaste, depuis quelques œuvres européennes exposées autour de la cour intérieure du musée – une poignée de tableaux flamands, guère plus de tableaux français des écoles impressionniste et réaliste (deux Monet, un Corot, un Courbet et quelques illustres inconnus), trois statues de Rodin, un Goya, etc. – une pièce dont les murs sont recouverts de monumentales fresques assyriennes et une suite de pièce autour d’antiquités égyptiennes dont un sarcophage.

Au rez-de-chaussée, le musée présente actuellement une exposition sur l’artiste contemporain français JR qui a photographié des milliers de New-yorkais et les a méticuleusement agencés en d’immenses fresques en trompe-l’œil collées sur quelques murs de la ville. Le résultat est assez impressionnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s