Nourritures terrestres

L’avantage de vivre dans une ville si cosmopolite comme New York, est qu’on a assez facilement à disposition un très vaste choix de nourritures, avec des produits qui viennent du monde entier mélangés à des traditions culinaires américaines.

Depuis que nous y habitons, nous constatons effectivement quelques changements dans nos habitudes alimentaires, en relation avec les aliments facilement accessibles mais, surprenamment, ces aliments ne sont pas ceux auxquels on pense généralement lorsqu’on évoque la scène alimentaire new-yorkaise.

Ainsi, par exemple, nous dégustons et cuisinons beaucoup plus régulièrement – voire peu ou prou pour la première fois :

  • Des patates douces, de différentes sortes, y compris les yams japonaises à chair blanche
  • Des citrons verts, surtout pour préparer un gâteau, le key lime pie (ressemble à un cheese cake mais la crème est plus épaisse). Pas trop souvent, car c’est un peu riche…
  • Des mangues
  • Du kale … bon, clairement pas notre chou favori

Les options végétariennes voire végans sont également nombreuses et variées, ce qui nous arrange bien. Là, clairement, New York est encore probablement une des rares oasis aux US où l’on trouve si facilement des options sans viande. Je repense notamment à ce restaurant où nous étions arrêtés lors de notre séjour dans les Finger Lakes – le seul endroit ouvert à des kilomètres à la ronde – qui ne proposait que des variations autour d’un morceau de viande.

Un des avantages d’habiter à Astoria, est que nous pouvons faire des courses dans les supermarchés grecs, avec chapelets derrière la caisse, chansons grecques en fond sonore et où « Must speak greek » était le seul critère de recrutement affiché sur la porte il y a un an. Outre la plongée dans l’ambiance, on y trouve quantité de produits importés directement des rivages helléniques, à un bon rapport qualité/prix, y compris des olives au détail, une dizaine de fetas différentes et des surgelés intégralement marqués en grec. Ai-je déjà dit que nous aimons beaucoup la cuisine grecque ? Plusieurs boulangeries du quartier proposent également à la vente – outre le pain dont se nourrissent régulièrement nos estomacs franchouillards – des feuilletés grecs typiques aux épinards (spanakopita) bien pratiques, et des pâtisseries méditerranéennes (baklava, kadaïfi, etc.).

D’autres produits proposés ici à la vente sont d’un intérêt plus discutable, et la nourriture industrielle reste majoritaire. Une amie nous a ainsi récemment amené un gâteau industriel, ressemblant à un quatre-quart et présenté de manière « premium », dans une boîte en carton rigide, marqué « French » dans un coin. Les amis du packaging apprécieront l’emballage plastique avec dessiccateur dans la boîte en carton. En soi, le gâteau, pré-tranché, n’était pas mauvais, très (trop ?) doux et moelleux, avec une liste d’ingrédients trop longue à mon goût. Il me faisait tout à fait penser à ces gâteaux de style européens dont raffolent les Japonais et qu’ils offrent en petites quantités, présentées comme s’il s’agissait d’un aliment rare et précieux. Évidemment, le gâteau était ici à la taille américaine, avec une dizaine de larges tranches pré-découpées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s