Conseil aux expats : Banque et credit score

J’ai déjà décrit dans un précédent article le compte de dépôt (checking account, autrement dit, le compte courant) et le compte épargne (saving account) ainsi que la différence entre carte de débit et carte de crédit. Bon à savoir, les comptes de dépôt et épargne sont gratuits et rapportent un peu. Étrangement, selon les banques et les formules, il peut arriver que le compte de dépôt rapporte plus que le compte épargne au cours d’un mois donné. Dans tous les cas, chaque banque fixe ses taux et propose ses produits, il n’existe aucun équivalent des livrets A, LDD et autres livrets. Les taux seront faibles, l’économie américaine en général incite à la consommation plutôt qu’à l’épargne. Il existe 4 principaux groupes bancaires aux USA : JP Morgan-Chase, Bank of America, Citigroup et Wells Fargo.

La carte de débit est normalement également gratuite – c’est un produit basique – mais la carte de crédit, en revanche, n’a comme limites que l’imagination du département marketing des banques. Chaque banque en propose plusieurs, avec plus ou moins d’avantages, directement proportionnels à leurs coûts. Ces avantages vont de plafonds de paiement plus ou moins élevés, d’assurances plus ou moins extensives et généreuses (les assurances sur les paiement effectués avec une carte de débit sont sensiblement inférieures), mais également de points que l’on cumule plus ou moins facilement et rapidement, de cash-back (argent recrédité sur votre compte), de bons cadeaux, d’avantages chez des partenaires, etc. Les Américains en ont généralement plusieurs, y compris celles proposées par les grands groupes hôteliers, compagnies aériennes et autres entreprises qui se sont associées avec les sociétés émettrices de cartes, naviguent dans cette jungle de cartes avec l’habitude issue d’une longue pratique, et racontent à envie comment ils ont été surclassés en avion ou à l’hôtel, ou encore ont obtenu un petit-déjeuner ou un soin en spa gratuit, grâce à leurs cartes de crédit. La carotte est bien juteuse.

La carte de crédit porte bien son nom, en détenir une signifie que la banque émettrice a ouvert une ligne de crédit en votre faveur sur un compte distinct. Chaque paiement effectué avec la carte de crédit tape sur ce compte, charge à vous de rembourser ensuite cet « emprunt » sous le délai prescrit (3 semaines pour notre banque, mais ça doit dépendre des établissements) au risque de devoir payer des taux usuriers (genre 10%) par jour de retard. La carte de crédit vous donne donc l’illusion pendant quelques semaines glissantes d’être plus riche que vous ne l’êtes réellement – ai-je déjà dit que l’économie américaine incitait fortement à la consommation plutôt qu’à l’épargne ? – mais se révèle également nécessaire pour d’autres opérations, comme louer une voiture. Certains loueurs soit refusent explicitement de prendre une carte de débit comme garantie, soit acceptent mais avec tellement de conditions supplémentaires que cela équivaut de facto à un refus. Et puis, surtout, la carte de crédit est indispensable pour constituer son fameux credit score. Et sans credit score, comme louer un appartement, acheter une voiture ou contracter n’importe quel type d’emprunt (entre autres) ?

Là où ça devient drôle, c’est qu’avant de vous accorder une carte de crédit et le plafond que vous pouvez dépenser par mois sur le compte qui va avec, la banque va regarder votre … credit score, et donc vos crédits précédents. Quelque part entre l’œuf et la poule et le serpent qui se mord la queue. Pour débuter son credit score, il faut donc trouver une banque qui accepte de vous ouvrir une ligne de crédit sans credit score ou de vous accorder pendant les premiers mois une carte de crédit spécifique, appelée secured credit card, avec un montant plus faible, pour prouver à votre banque que vous êtes « sérieux ».

L’autre ingrédient indispensable pour se constituer un credit score est de disposer de son SSN (Security Social Number), qui est le numéro unique attribué par l’administration américaine avant tout à fin de fiscalité. On pourra se pencher à loisir sur la raison pour laquelle un numéro de l’administration lié historiquement aux impôts est utilisé par des banques et organismes de crédit privés pour faire le rapprochement entre un individu et ses crédits et pour calculer son credit score. Ensuite, il ne suffit pas d’avoir un credit score, il faut avoir un bon credit score. Car meilleure sera sa note de crédit, meilleurs seront son taux d’emprunt, la probabilité de trouver un logement, et la possibilité de vous voir accordée une carte de crédit avec des avantages supplémentaires. Le credit score est une note sur 850 (note maximale). Une note au-delà de 740 est considérée comme très bonne (excellente au-dessus de 800), bonne entre 670 et 739, acceptable entre 580 et 669 et insuffisante en-dessous de 580. La moyenne est apparemment autour de 621. Il me semble avoir lu que les prêts toxiques dont il a été question pendant la crise des subprimes étaient des prêts accordés à des ménages ou à des individus dont la note de crédit était, de mémoire, dans les 600. Cette note est attribuée par trois credit bureau, véritables agences de notation de chaque individu, TransUnion, Equifax et Experian. Je ne peux qu’imaginer l’opacité de calcul de ces trois agences – privées, ai-je besoin de le souligner ? – qui font la pluie et le beau temps pour les Américains. Si votre note se dégrade, c’est la catastrophe, vous ne pourrez plus emprunter ou du moins à un taux moins bon et avec des conditions plus lourdes, le propriétaire de votre prochain logement n’acceptera peut-être pas de vous louer à moins d’avoir un garant, etc. D’où des livres et des sites entiers sur les trucs et astuces pour maintenir et même améliorer son credit score. Par exemple, un expat francophone partage sur ce forum quelques bonnes pratiques. En deux mots, il faut utiliser abondamment sa carte de crédit – je crois avoir mentionné quelque part que l’économie américaine essaie par tous les moyens d’inciter à consommer ? -, éviter de dépasser 10% de sa ligne de crédit à un instant t, et toujours rembourser dans les temps.

2 commentaires sur “Conseil aux expats : Banque et credit score

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s