Conseil aux expats : se loger – II

Cet article fait suite à premier article sur les conseils aux expats pour se loger.

Les prestations de l’immeuble et de l’appartement sont l’autre critère sur lequel il vaut mieux avoir les idées claires avant de démarrer la recherche de logement pour que celle-ci soit plus efficace :

Pour faire simple, il y a trois grands types de logement à New York, chacun avec ses avantages et ses inconvénients (cf. tableau ci-après) :

  • Les grandes tours : si vivre au 5Oe étage (par exemple) d’une tour vous fait vibrer, c’est pour vous. Généralement détenus et administrés par un consortium qui gère toutes les locations de l’immeuble. Propose de nombreuses prestations qui sont bien entendu facturées (parfois, sans avoir le choix. Ex: 150$/mois en plus du loyer pour l’accès à la salle de sport, même si on n’y va pas).
  • Les immeubles : catégorie intermédiaire avec un peu de tout : de l’ancien rénové ou non, comme du moderne. Généralement quelques prestations comme un ascenseur ou une laverie commune au sous-sol. Il y a de tout, jusqu’à l’hyper-luxe avec consoles en marbres, atrium et tapisseries aux murs. Prix bien entendu proportionnel au quartier et au niveau des prestations, à surface égale.
  • Les maisons familiales (surtout hors de Manhattan) : à la location, on trouve essentiellement des maisons de un à deux étages qui ont été découpées avec un locataire par étage. Les propriétaires sont M. et Mme Tout le monde qui possèdent un ou une poignée d’appartements à louer.

Tout dépend des quartiers que vous visez, de votre budget, de la surface dont vous avez besoin et des prestations que vous jugez indispensables (cf. ci-après). Faire également quelques recherches préalables sur internet ou en passant devant les vitrines des agences immobilières pour avoir une idée des prix du quartier et ensuite communiquer une fourchette crédible pendant votre recherche proprement dite. L’ordre d’idée très approximatif est d’un prix/m² environ le double de Paris … et je ne parle pas de Manhattan. Plus le quartier est réputé et plus les prestations sont pléthoriques et hauts de gamme, plus le prix montera en flèche, et sky is the limit.

De notre côté, nous avons perdu du temps au début de notre recherche, par crainte de ne pas avoir le choix, en ne fixant pas dès le départ quelques critères, comme la taille de l’appartement (un container rempli de meubles et d’affaires était en chemin) et le fait d’avoir le lave-linge et le sèche-linge a minima dans l’immeuble et de préférence dans l’appartement, si bien qu’au début nous avons visité des appartements clairement trop petits.

Le fait est que l’offre est abondante donc il ne faut pas avoir peur d’être exigeant au début, quitte à élargir si vraiment vous ne trouvez pas. De même, les brokers (agents immobiliers) réagissent généralement très vite à toute demande de visite et rappellent dans l’heure, si pas dans le quart d’heure, pour poser quelques questions et prendre rendez-vous. Quelques moments de solitude quand, après avoir envoyé un lot de demandes de visite à des agents immobiliers différents, le téléphone sonne avec un « Hi [votre prénom], it’s [prénom du broker], I just got your request for [adresse de l’immeuble incompréhensible] … » avec un fort accent américain, alors que votre cerveau fraîchement débarqué ne s’est pas encore accoutumé à l’anglais américain en vitesse réelle et sans sous-titre. Sachant qu’à Astoria, par exemple, toutes les adresses se ressemblent, du type 12-34 25th street, j’ai dû avoir plus d’une fois recours à une astuce pour ne pas confondre les adresses, en demandant au broker de m’envoyer une confirmation par email ou texto. Casual oblige, aucun broker ne m’a jamais appelé autrement que par mon prénom, précédé d’un « hello« , « hi » ou « hey« . Dans les semaines qui ont suivi notre arrivée, mon téléphone était ainsi rempli de conversations par texto avec ce qu’on aurait pu croire être des potes d’université.

AvantagesInconvénients
Grandes toursAppartements probablement modernes et finitions de qualité
Nombreuses prestations : salle de sport, organisation d’événements pour les résidents, etc.
Possible d’habiter assez haut avec une vue imprenable sur New York, et même parfois avec balcon
Nombreux personnel sur place : doorman, super
Appartements plutôt petits à nombre de pièces égal
Logements (très) chers à surface égale pour un quartier donné
Anonyme car pléthore de résidents
Propriétaires potentiellement plus exigeants sur le dossier
ImmeublesEn fonction des quartiers et de la taille des immeubles, le doorman n’est pas rare
Souvent un ascenseur et une laverie au sous-sol, sauf pour les tout petits immeubles.
Pour le moderne : appartements plutôt petits à nombre de pièces égal
Maisons familialesSurfaces les plus grandes pour un prix et un quartier donné.
Relations plus humaines avec le propriétaire et les quelques voisins
Pas de prestation d’immeuble (ascenseur, laverie …) ni de personnel attitré
En fonction des frais qu’engage le propriétaire, prestations de plus ou moins bonne qualité

Voici maintenant un petit guide du jargon immobilier, ou comment déchiffrer une annonce immobilière locale :

  • Studio, xBR : xBR est un appartement composé d’un séjour et de x chambres (BR=Bedrooms). Un 1BR serait en France un deux pièces, un 2BR un trois pièces, etc. Lorsqu’il y a plusieurs chambres, la principale est généralement appelée « master bedroom« . Attention faux ami, les « WC » sont ici des Walk-in Closets, c’est-à-dire des placards (l’idée est qu’ils sont de plein pieds et qu’on pourrait y marcher dedans). Quasiment toutes les chambres de tous les appartements en sont pourvues.
  • Bathroom: nombre de salles de bain/toilettes. Pour rappel, aux USA, il y a toujours des toilettes dans les salles de bain. Il existe parfois des toilettes séparées, ce que les Américains appellent des half-bathrooms, d’où parfois des annonces avec 2,5 bathrooms. Le fin du fin est d’avoir plusieurs salles de bain, certains appartements en ont autant ou presque que de chambres.
  • Rooms : chiffre peu clair qui inclut le séjour ou pas, les chambres, les salles de bain, parfois on ne sait pas trop quelles autres pièces supplémentaires. Par exemple, une annonce peut indiquer « 4 rooms, 2 beds, 2 baths ». Mieux vaut se concentrer sur le nombre de beds et de baths en rajoutant mentalement le séjour pour avoir une idée des lieux.
  • Surface (square-footage en VO), indiquée en pieds carrés (1m² ~ 10,8 pieds carrés). Donnée pas toujours indiquée, toujours arrondie (ex.: 900 sq ft) et rarement fiable quand elle l’est. Venant de Paris où le moindre centimètre carré est valorisé sur une annonce, c’est une des choses qui me surprenait le plus quand j’étais à la recherche du logis. Un agent immobilier m’a déjà annoncé 750 pieds carrés, soit environ l’équivalent de 70 m², pour un appartement qui ne pouvait décemment pas en faire plus d’une cinquantaine.
  • Amenities: Les prestations de l’appartement et de l’immeuble : présence ou non d’un ascenseur, d’un doorman (c’est-à-dire d’un concierge), d’un video-doorman (c’est à dire un vidéo-interphone), d’une laverie ou d’un lave-linge (washer/dryer in-unit : la machine à laver et le sèche-linge sont dans l’appartement ; washer/dryer in building : la machine à laver et le sèche-linge sont partagés et probablement situés dans le sous-sol de l’immeuble), présence ou non d’une terrasse ou encore indique si les animaux domestiques sont ou non acceptés. Un « live-in super » est un homme à tout faire (super) à demeure dans l’immeuble.
  • Appliances : l’électro-ménager. Aux USA, un appartement à louer est toujours fourni avec une cuisine équipée, avec au moins la présence d’une cuisinière et d’un frigo, assez souvent d’un lave-vaisselle et d’un micro-ondes, ce qui est bien pratique quand on débarque de l’étranger.
  • Utilities : Selon le bon vouloir du propriétaire, le loyer inclut ou non une ou ou plusieurs des utilities : eau chaude, chauffage, éléctricité, gaz (la grande majorité des cuisinières sont au gaz). A bien regarder pour chaque annonce, car d’un appartement à l’autre, vous pouvez trouver toutes les utilities inclues dans le prix (rare mais ça existe) ou à l’autre bout du spectre aucune, ce qui augmentera d’autant votre coût mensuel. Le plus souvent, le loyer inclut l’eau chaude et le chauffage, tandis que l’électricité et le gaz restent à votre charge.
  • Le reste est du marketing, à grands coups de high-end finishes (finitions de qualité) et autres top-notch appliances (électroménager de premier ordre).

Enfin, garder à l’esprit que ce qui n’est pas explicitement écrit sur une annonce n’y est probablement pas, à part la cuisinière et le frigo qui sont implicites car toujours fournis. Les agents immobilier et propriétaires connaissent la musique et valorisent tout ce qui peut l’être. Si, par exemple, le washer/dryer (l’un ne va jamais sans l’autre aux USA) n’est pas listé dans les amenities, vous pouvez être certain que ni l’immeuble ni a fortiori l’appartement n’en possède. Auquel cas, il vous faudra aller à la laverie du coin, ce qui est encore très courant à New York où les laveries pullulent, même si maintenant tous les immeubles récents ont des washer/dryer in-unit.

Bien entendu, ici comme ailleurs, il est indispensable de visiter un appartement et son quartier pour se rendre compte par soi-même de la réalité, y compris la proximité de commerces et de transports, au-delà du texte et des photos de l’annonce.

La suite au prochain épisode.

2 commentaires sur “Conseil aux expats : se loger – II

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s