Conseil aux expats : se loger – I

Avec cet article, j’inaugure une nouvelle catégorie, davantage tournée vers les conseils aux futurs expatriés et à ceux qui réfléchissent à franchir le pas (et, accessoirement, l’Atlantique).

Trois précisions qui s’appliquent également à tous les futurs articles de cette catégorie :

  • Je prends le mot « expatrié » au sens large de « relocalisé dans un pays différent de son pays de naissance » ; peu importe que vous soyez mutés par votre entreprise dans sa filiale locale, que vous soyez étudiant ou diplomate, que vous vous lanciez dans l’aventure entrepreneuriale, que vous suiviez votre conjoint qui y a décroché un poste, etc. J’espère que ces articles vous seront utiles dans tous les cas de figure.
  • Il ne vous aura pas échappé que les États-Unis sont un pays fédéral. Concrètement, les lois et règlements sont en très grande majorité délocalisés et peuvent grandement différer selon l’État où vous envisagez de déménager, et parfois même selon le comté, voire la ville. De plus, la vie dans une métropole de la Côte Est est probablement différente de celle dans une ville du Midwest, ou encore sur la côte Pacifique. Je n’ai pas la prétention de connaître tous les us et coutumes et autres particularités locales de cet immense pays, je parle donc de ce que je pratique au quotidien, à savoir la vie dans la ville la plus peuplée des États-Unis, New York. Si vous visez un autre État, il vous faudra éplucher les sites relatifs à cet État, pour compléter ou amender mes explications. Malgré tout, il est probable que bon nombre de mes remarques peuvent s’appliquer à l’ensemble du territoire américain.
  • Étant Français, je vais souvent me référer à mon pays de naissance pour comparer, en élargissant à l’Europe lorsque je suis à peu près sûr que je peux généraliser sans me tromper. Ami.e.s francophones d’une autre nationalité, j’espère malgré tout vous apporter des conseils et informations utiles, mais n’hésitez pas à amender en fonction de la vie dans votre pays, que vous connaissez bien mieux que moi.

Maintenant, le vif du sujet. Se loger, étape assez indispensable, a priori dans le top 3 de votre liste de priorités, et qui permet déjà de savourer de nombreuses différences avec ce que l’on peut connaître en Europe.

Généralement, la prudence recommande de s’attaquer au sujet dans cet ordre :

  1. Réservez à l’avance un logement temporaire pour une durée d’un mois. Typiquement, AirBnB est ici d’une grande aide car il reviendra beaucoup moins cher que l’hôtel (hors de prix à New York) et vous permettra de vous faire à manger, sans devoir sortir au resto à chaque fois. L’idéal étant de pouvoir squatter chez des membres de sa famille ou des amis, mais encore faut-il en avoir sur place. Bien éplucher les offres sur le site, notamment en vérifiant le quartier (surtout si ce dernier n’est pas à Manhattan). Vous pouvez tout à fait prévoir de séjourner à Brooklyn et dans le Queens, sous réserve d’être à proximité d’une station de métro et d’avoir vérifié le temps de trajet estimé jusqu’à votre travail ou lieu d’étude. Évidemment, vérifier les prix – certains propriétaires se font plaisir et proposent leurs logements à des prix stratosphériques – et autres critères qui vous sont indispensables selon votre situation (enfants, animal domestique, présence d’un ascenseur, etc). Envoyez plusieurs demandes car tous les propriétaires n’acceptent pas de louer pour des durées aussi longues. Mais ne sous-estimez pas le temps pour trouver un logement, sauf si ce dernier est fourni par votre travail bien sûr. À notre arrivée, nous avons pris un AirBnB pendant un mois, et nous avons signé le bail pour notre logement actuel quatre jours avant de devoir quitter notre AirBnB, et ce après avoir épluché des dizaines d’annonces et visité quinze appartements …
  2. Achetez au plus tôt une carte SIM américaine. N’importe quel opérateur vous en vendra une (comptez une cinquantaine de dollars par mois en moyenne pour votre forfait, davantage si vous voulez de l’illimité), à la condition que votre téléphone soit compatible. Attention, même désimlocké et compatible avec le réseau GSM/3G/4G américain, tous les téléphones européens ne sont pas compatibles avec les cartes SIM locales, selon l’opérateur et la marque de votre appareil. Certains opérateurs ne fournissent ainsi que Samsung et Apple. Autre exemple, Huawei, populaire en Europe, est banni aux USA et aucune carte SIM locale n’y fonctionnera. Personnellement, je suis allé chez T-Com avec mon Sony et ça a marché. Choisissez l’opérateur que vous voulez mais, en tout cas, cette étape est absolument indispensable pour trouver un logement ! Pourquoi ? Parce qu’aucun broker (agent immobilier) ou propriétaire ne vous appellera sur un numéro étranger, ni ne décrochera si c’est vous qui l’appelez, pour ne pas se voir facturer des frais par son propre opérateur. À moins d’être déjà possesseur d’une carte SIM canadienne, sans carte SIM locale, vous ne visiterez pas un seul appartement.
  3. Épluchez les annonces. La référence à New York – mais uniquement dans cette ville – est Streeteasy. Sinon, vous pouvez regarder les offres sur Craigslist – l’équivalent américain du Bon Coin – en choisissant au préalable la ville. Vous pouvez également faire la tournée des agences immobilières qui sont légion (en tout cas à New York où l’immobilier est un business hautement lucratif et où l’offre et la demande sont pléthoriques). Nous avons fait les trois et clairement, nous avons vu beaucoup plus d’appartements, dont celui que nous louons, via Streeteasy.

Ensuite, quelques conseils pour rechercher des offres de location. Avant toute recherche sérieuse et avant de programmer la moindre alerte sur Streeteasy ou ailleurs, je recommande de vous mettre au clair sur les critères suivants: le(s) quartier(s) que vous visez et les prestations qui vous sont indispensables vs ceux « nice to have ».

Les quartiers : New York est immense, le nombre de quartiers donne le tournis et certains – beaucoup, en fait – sont clairement à éviter : quelques uns parce qu’ils sont potentiellement mal fréquentés, mais beaucoup avant tout parce qu’ils sont à perpète et que le trajet quotidien domicile-travail va être un calvaire. Gardez en tête qu’à peu près la moitié de la ville – à la louche – n’a pas accès au métro (au sens d’être situé tellement loin de la station la plus proche, que vous vous rajoutez au moins une demi-heure de marche ou de bus pour l’atteindre). Ensuite le réseau de métro est loooong et, donc, leeeeent. Pour ne citer qu’un exemple, il faut près d’une heure et demi pour relier Coney Island et la partie de Midtown qui jouxte la limite sud de Central Park. Libre à vous de ne cibler que Manhattan mais gardez malgré tout en tête que c’est le borough globalement le plus cher dans une ville déjà chère – à quelques exceptions près comme Brooklyn Heights et Williamsburg à Brooklyn qui sont plus chers que le nord de Manhattan – et le plus bruyant. La circulation n’y est généralement pas un long fleuve tranquille, avec le concert de klaxons perpétuel que cela suppose, tandis que les véhicules de secours toutes sirènes hurlantes y sont omniprésents. Piqûre de rappel, les maisons et immeubles ne sont pas forcément bien insonorisés. Regardez également les quartiers de Brooklyn et du Queens proches de Manhattan : un peu moins chers, plutôt sympas à vivre et restant à proximité de Manhattan où votre travail a de bonnes chances de se trouver. À Brooklyn, ce peut être par exemple les quartiers de Greenpoint (seul bémol : pas d’accès direct à Manhattan, il faut prendre la ligne G et faire un changement), Williamsburg très à la mode mais certains zones atteignent des prix dignes de Manhattan (la partie au sud de la ligne J/Z est moins chère mais avec une forte population juive ultra-orthodoxe, autre ambiance), Downtown Brooklyn, Fort Greene, BoCoCa (Boerum Hill, Cobble Hill, Carroll Gardens, nombreux bars et restaurants) ou encore, un peu plus loin, Park Slope. Ces derniers quartiers, de plus en plus peuplés par des classes moyennes aisées qui ont fui les prix de Manhattan, restent pas donnés. Dans le Queens, les quartiers de Long Island City et Astoria remportent un succès grandissant, ou encore Sunnyside, à proximité de la ligne 7. Je ne mentionne volontairement pas les boroughs de Staten Island et du Bronx, le premier car loin de tout et seulement relié à Manhattan par un ferry, le second car je le connais encore très mal. Deux autres options: s’installer dans le New Jersey voisin et un peu moins cher, typiquement les villes de Jersey City et Hoboken reliées à Manhattan et au réseau de métro par le réseau PATH, ou bien opter pour l’upstate New York, en particulier les villes de l’État de New York dans le Westchester County, juste au nord du Bronx. Ces dernières proposent de plus grandes maisons et davantage d’espace, pour un loyer plus raisonnable, au prix d’un temps de trajet plus important (1h -1h30) en train pour rejoindre Manhattan. Vous pouvez aussi consulter le plan des quartiers de New York sur mon blog pour vous repérer et trouver l’inspiration. Pour notre part, nous avons posé nos valises dans le quartier d’Astoria et en sommes contents : pas un quartier touristique mais un grand melting-pot culturel avec beaucoup de commerces, restaurants et bars, et à une poignée de stations de métro de Midtown Manhattan. À nouveau, à New York, la desserte de métro est cruciale et mieux vaut avoir plusieurs lignes à distance raisonnable et donc autant de solutions de rechange, la MTA ayant tendance à rerouter des lignes ou ne pas desservir des stations les soirs et week-ends pour assurer la maintenance des infrastructures. Dans tous les cas, je recommande fortement de cibler un ou quelques quartiers et de les écumer, plutôt que d’éparpiller sa recherche sur une zone trop vaste.

La suite, bientôt, au prochain épisode.

2 commentaires sur “Conseil aux expats : se loger – I

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s