Métal et bois

Dans une station de métro

Métal et bois. Les deux matériaux prédominants du quotidien américain. Il est fascinant de constater à quel point ils sont préservés, voire développés et mis en valeur.

Bois : les barrières de police peintes en bleu et utilisées pour interdire l’accès à une rue, les planchers des échafaudages, les bancs sur les quais du métro, polis et patinés par des générations de voyageurs venus s’y asseoir.

Métal : les chromes des voitures et des camions, les citernes en acier inoxydable rutilant, les rivets apparents des bus scolaires et des véhicules d’intervention, les poutrelles qui soutiennent le plafond des stations de métro, l’aspect chromé des voitures du métro les faisant ressembler à des boîtes en fer-blanc, et où le logo de la MTA et le drapeau américain qui ornent chacune d’entre elles forment les seules couches de couleur, les grillages, les tabliers des ponts et les piliers de certains d’entre eux, les enchevêtrements de poutrelles des métros aériens qui croisent au-dessus des avenues, le métal apparent des camions (châssis, marche-pieds, etc.). Le métal est souvent nu ou valorisé par le chrome ou la patine, laissé apparent, comme l’arbre de direction des semi-remorques que l’on voit tourner entre les roues. Il s’agit également d’un univers sonore : les portes couinent, les amortisseurs grincent, les ponts vibrent.

L’alliance de ces deux éléments dessinent une ambiance rétro, industrielle, qui peut étonner sur le sol de la première puissance économique mondiale et dont les technologies de pointe et les produits high-tech derniers cris inondent les marchés mondiaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s